Le CNES a les yeux rivés sur Mars depuis 2012

Cela fait 3 ans que les scientifiques du CNES font tout pour commander Rover Curiosity, en mission d’exploration sur le sol de la planète rouge.

À Toulouse, les scientifiques du CNES explorent à distance la planète Mars. Depuis 2012, chercheurs et ingénieurs du FIMOC sont aux commandes du Rover Curiosity. Il s’agit d’un petit robot pesant 900 kg qui explore le sol de Mars.

 

La précision est de mise

Durant une réunion qui s’est tenu lundi soir, 150 spécialistes venus du monde entier ont pu découvrir le site ‘Rehobost’ via la ChemCam. Celle-ci fragmente et analyse la surface de Mars. Environ 300 tirs lasers dont la puissance correspond à celle d’une centrale nucléaire ont été réalisés sur la pierre en une nanoseconde.

Les ordres permettant de commander le robot d’exploration sont donnés depuis la terre, soit sur une distance d’environ 150 millions de kilomètres. De ce fait, aucune erreur n’est permise. Il faut donc être très précis, envoyer des informations justes au moment propice vers les satellites.

 

Un nouveau rover pour 2020

Cette mission a déjà apporté des résultats qui dépassent toutes les attentes. C’est notamment grâce aux informations transmises par le robot qu’on a pu constater que Mars est une planète habitable avec un régime volcanique qui ne correspond pas à ce qu’on pensait.

Pour 2020, ChemCam va être remplacé par un autre instrument : SuperCam qui sera installé sur un nouveau rover. Mais son rôle sera cette fois-ci de rechercher des traces de vie sur la Planète Rouge.

Laisser un commentaire